AccroFolk, musique et danse folk et trad

               Les nouvelles des musiques et des danses folk et trad.

Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Chroniques AccroFolk FM, l'ex-émission Mardi 9 novembre 2010, invité Sylvain Piron

Mardi 9 novembre 2010, invité Sylvain Piron

Enregistrée le  29 octobre 2010.

C'est la première, je suis pas très l'aise derrière le micro, mais, je suis tout de même très enthousiaste à l'idée d'enregistrer cette émission. En deuxième partie, je reçois Sylvain Piron, musicien de bal (et même plus) qui m'est très cher. Sylvain a l'habitude du public, des micros, il est super à l'aise. Tout en le questionnant (sur des thèmes préparés bien sur), je découvre le plaisir de l'interview. J'adore !!! Vivement la diffusion. Mais, euh.... soyez indulgent avec l'animateur, j'étais quand même stressé au début... et à la fin aussi, un peu moins, mais encore.

 

Partie I, en solo, morceaux diffusés :

 

Partie II, invité Sylvain Piron

Morceaux présentés par Sylvain :

  • Marc Perrone, Esperanza

  • Linnenzworch, Schlosser

  • Frangipan's, Petite Rosalie

  • Morceau live de Sylvain : Les Cailloux

Hervé au micro d'AccroFolk.FM

 

 

 

-


-
Vous pouvez écouter toute l'interview en cliquant ci-dessous.
-

"Ah mince ! J'ai écouté l'émission, moi qui croyait qu'il fallait bien articuler et parler lentement. Bon, il faut surtout être décontracté et parler normalement. Facile à dire !!! Il faudrait que j'y pense pour la deuxième émission"

 



Erratum
Au cours de l'émission, ma fangue à lourchée :
 - Festival Summerlied, cet été à eu lieu la 8ème édition, et non la 15ième.
 - Toute mes excuses à Éric Huebert d'Excalembour. Lors de la présentation de leur morceau, j'ai parlé de lui en disant Éric Michelet, musicien du morceau précédent. Oups !

 


 

L'interview de Sylvain Piron

Hervé : Sylvain, bonsoir
Sylvain : Bonsoir
Sylvain, dès qu'on fréquente les bals du coin, on tombe sur toi et ton instrument. Peux-tu te présenter et nous dire qui tu es ?
Ah, t'es sympa avec moi, parce que bon, quand même, je ne fais pas tous les bals, du coin, mais j'en fais pas mal. Je m'appelle Sylvain Piron, tu viens de le dire, je joue de la musique traditionnelle depuis déjà un certain temps, je n'ose pas dire le nombre d'année. Il se compte en dizaines.  J'habite en Alsace, à Saverne. Et je joue de l'accordéon diatonique, ce machin qui ce joue en tirant, en poussant, et qui est joué par mal de gens maintenant dans notre région. J'aime particulièrement faire du bal, ça tu l'as remarqué.

On te croise très souvent en bal folk. Qu'est ce qu'il te plait dans l'animation des bals.
Ce que j'aime faire, surtout, c'est être près des gens quand je joue, et tu l'as vu, ma caractéristique, c'est de jouer au milieu des gens. Je ne joue pas sur scène, j'ai des micros sans fil, un bidouillage que j'ai fait et qui ne marche pas trop mal et qui me permet de mener la danse au milieu du cercle parce que j'aime particulièrement les danses collectives. J'aime cette proximité, j'aime cette convivialité du bal, que tu aimes aussi toi.

J'aime beaucoup, bien sûr.
J'en profite pour te remercier de faire cette émission, parce que je trouve ça génial. On l'a démarre.

C'est une première.
Tu es là tout frétillant. Je trouve ça vachement sympa. Je luis souhaite longue vie, au passage, aussi longue que les bals folk. Ça fait longtemps que ces bals folk existent et on veux les continuer.

Je suppose que tous nos auditeurs ne connaissent pas les bals folk. Peux-tu nous décrire ce que c'est qu'un bal ?
Là, tu poses des questions comme ça dès le départ, c'est terrible. Je ne sais pas comment je vais te résumer l'affaire. Mais, disons qu'un bal folk, c'est la continuité de la tradition puisque autrefois dans les campagnes on sait qu'on dansait après la journée de travail, la dure journée de boulot ; on se retrouvait dans le village et on dansait les danses très locales. Maintenant le bal folk, c'est la continuité de ça. C'est la renaissance de ce genre de tradition après mai 68, les années babas cool, si on peut dire, et cette tradition elle est maintenant plus élargie parque que dans un bal folk, on ne danse plus seulement les danses locales. Par exemple en Alsace, on danse les danses d'Alsace, évidement, dans nos bals folk, mais pas seulement ! On danse des bourrées, comme tu le dis, du Massif Centrales, des polskas même.  Toi tu la danses sûrement mieux que moi, mais.... On danse du breton. Tout le monde connaît bien la musique celtique, et puis... des danses d'un peu partout, même d'Italie, d'Allemagne. La  tarentelle, qu'on a entendue tout à l'heure. Oui voilà. Donc, c'est ça le bal folk, c'est cette continuité d'une tradition, mais mise à l'ordre du jour, mise à l'heure, mise à jour. Ce que j'aime dans cette chose là, c'est le faite qu'on retrouve le mélange de générations qu'il pouvait y avoir autrefois. Il y a des gens d'un certain âge, 'y a des gamins qui nous court parfois dans les pattes.

Mélange des générations, mélange des genres, mélange de différents niveaux de danse.
Ouhai, tout à fait. Et puis de la tolérance. C'est à dire que celui qui ne sait pas danser, on va le prendre par la main, et on va lui dire "Tiens, je vais te monter comment ça se danse, ne reste pas là tout seul dans ton coin". Je trouve ça vraiment sympa dans ces bals.
Parfois, on n'a même pas le choix, on est invité par une cavalière qui nous oblige presque à aller sur la piste de danse, même si on ne sait pas trop se débrouiller au début. Oui, je le crois. Je me demande si ce n'est pas comme ça que tu as rencontré ton épouse, par hasard.

Tout à fait, je l'ai rencontrée lors d'un grand festival du centre de la France. Sylvain, tu as une manière très particulière de mener le bal. Les bals de la région sont toujours avec un groupe qui joue en live, souvent sur scène, toi tu es au milieu des danseurs.
Oui, ben c'est ça. C'est ce coté là que j'aime bien. C'est être tout prêt des gens et de faire en sorte que si je chante une chanson, que les gens puissent répondre. Puisque dans cette tradition, il y a aussi beaucoup de chansons à répondre. C'est à dire qu'il y a quelqu'un qui lance. Moi en l'occurrence, je lance la chanson et elle est reprise en répond par les danseurs. Ça j'adore ! Et, comme je disais, j'adore cette proximité des gens qui m'entourent.
Je vais en profiter pour présenter un incontournable, une grande star,... Je disais que je jouais de l'accordéon diatonique. En fait l'accordéon diatonique a été un peu au goût du jour. C'était l'instrument de nos grands-pères ou arrières-grands-pères. Et puis, dans les années soixante-dix, il y a un monsieur qui est une star, qui nous redonné a tous le goût de cet instrument. C'est Marc Perrone. Et Marc Perrone a découvert, il raconte souvent cette histoire, un accordéon qui était complètement poussiéreux chez un marchant de musique. Et personne ne savait pas ce que c'était. C'était un accordéon diatonique. Il l'a acheté et maintenant, il en joue comme un dieu. Et voilà ! Moi, je voudrais bien qu'on écoute le morceau de Marc Perrone qui va suivre. Je ne me souviens plus de son titre. C'est toi qui vas me le dire.

Esperanza

Sylvain, parle-nous de cet instrument, de la vitesse de jeu.
Alors, le diatonique, c'est vraiment un truc très étonnant parce que, c'est un instrument qui se joue avec le ventre, si je puis dire. C'est à dire que c'est un truc qui absolument pas académique... C'est un instrument qu'on joue presque d'instinct. Et c'est ça qui me plait dans cette instrument là, parce qu'il faut acquérir un certain nombre d'automatismes avant de pouvoir en jouer. Il y a d'autres instruments qui ont cette caractéristique, mais celui-là en particulier. Et alors, Marc Perrone m'a donné, à moi, comme à des milliers de gens je crois en France, l'envie de jouer de cette instrument qui avait été pas mal oublié dans les années 50-60, après guerre, et même avant guerre ça a commfencé. C'est surtout l'accordéon chromatique, le gros accordéon tel qu'on le connaît et tel qu'on l'enseigne aujourd'hui. C'était celui-là qui dominait à travers des grands interprètes qui étaient très bons aussi. C'était le monde du musette ! Et donc Marc Perrone a fait ressurgir ce vieil instrument et avec une rythmique, une interprétation extraordinaire. Et là, j'en viens à un de mes chevaux de bataille, c'est la vitesse d'exécution, comme tu dis. Je trouve que la modernité nous emmène souvent dans l'envie de jouer... d'aller très vite. Dans la musique, c'est vrai aussi, comme dans la vie quotidienne. Quand je fais danser, j'essaie d'avoir des rythmes qui sont un peu plus lents, peut-être que ceux qu'on prendrait naturellement et j'essaie d'observer les danseurs pour qu'ils soient confortables, qu'ils ne se fatiguent pas trop vite, parce qu'un bal ça peut durer un certain temps. Et donc, il faut respecter la rythmique naturelle du corps qui est souvent un peu plus lente, à mon goût... Mais, tu me diras peut-être que je suis un ancien. Je ne suis pas tout jeune. La manière de jouer des groupes modernes, des groupes d'aujourd'hui, est peut-être un brin trop rapide.

Mais il faut de tout en bal. On peut alterner les musiciens qui jouent peut-être d'une manière plus calme et d'autres groupes avec lesquels on pourra plus se défouler.
Ouaih, tu as raison.

Est ce que tu peux nous parler de ton morceau suivant. 
C'est un morceau qu'on ne doit sûrement pas entendre bien souvent sur les ondes alsaciennes et plus largement françaises, parce que c'est un groupe allemand, des années 70, un de ces groupes qui a fait ressurgir à partir du collectage dans les campagnes des morceaux qui étaient complètement oubliés. Il s'appelle Linnenzworch, c'est un groupe Souabe, qui vient de la région, je crois d'Augsbourg, si mes souvenirs sont bons. Et ces gens-là, ils s'appellent, Angelika Maier et Reinhart Fischer. Ils sont devenus des amis. Je les ai rencontrés par hasard dans un bal en Allemagne un soir, et puis ils se sont aperçus merveilleusement que je savais chanter une de leur chanson de trente ans auparavant. Le groupe s'appelle Linnenzworch, et le morceau s'appelle Schlosser

Sylvain, tu nous a parlé tout à l'heure de Marc Perrone qui a redonné envie de jouer de l'accordéon diatonique. Je crois que c'est aussi ce que tu essaies de faire en Alsace avec les amis musiciens.
Oui, c'est vrai. Ça c'est une idée qui est venue d'ailleurs, d'un bal que j'ai eu l'honneur, je peux dire l'honneur de jouer avec Marc Perrone, ça va faire six ou sept ans de cela à Illkirch au Printemps des Bretelles, pour ce bal d'ouverture. J'étais un peu le régional de l'étape et Marc Perrone jouait en partie principale, et j'avais invité mes copains qui jouent aussi du diatonique en Alsace. Je les avais invité à à jouer avec moi à cette occasion . On avait fait une espèce de ronde des accordéons Alsaciens. C'était vachement sympa. C'était tellement sympathique que l'idée a germée de continuer ces rencontres et là on a créé avec Danièle, une amie, ce qu'on a appelé les piques-diatoniques d'Alsace. C'est un concept sympathique, on se retrouve le dimanche, tu es venu toi aussi avec ta petite famille. On se retrouve. On fait des grillades et on joue des morceaux à l'accordéon diatonique ensemble.

Et d'autres instruments.
Oui, on est tolèrent, quand même, on ne rejette pas les autres. Il y a de tout, il y a des vielles à roue, des cornemuses, des flûtes traversières, des violons parfois, des percu aussi. Et on se retrouve deux  fois par an, une fois au printemps, une fois à l'automne, et on échange des morceaux.

On se retrouve dans différents coins d'Alsace, du nord au sud.
On en a déjà fait seize rencontres comme ça, mine de rien. Ça doit faire huit ans qu'on a commencé. J'aime bien ça, cette manière de partager, parce que cette musique-là, cette musique traditionnelle est relativement aisée à apprendre, à retenir. Elle est simple dans sa structure donc c'est de la musique qui se refile facilement. On se la donne, on se la passe.

D'autant plus que les partitions sont en ligne.
En plus, oui, en plus. On peut écouter en ligne auparavant parce qu'il y a des pré-enregistrements. Il y a des morceaux enregistrés en midi. Et pour ceux qui lisent les partitions, elles sont disponibles sur Internet. Donc, on peut préparer cette rencontre. Après, on y va, on fait le boeuf, comme on dit.

Donc, pour plus d'informations à ce sujet, rendez-vous sur quel site ?
Alors, le site des piques-diatoniques d'Alsace, alors il ne faut pas faire les trois w, il faut taper directement "bretelle" au singulier. L'accordéon, c'est un instrument à bretelles, par excellence. bretelle.tradfrance.com

Voilà, peut-être qu'il y aura de nouvelles têtes lors des prochains rendez-vous. Sylvain, le prochain morceau que tu nous proposes, c'est Petite Rosalie, un morceau que tu joues aussi en bal.

Oui, exacte. C'est un morceau de Frangipan's qui est un groupe excellent, il faut le signaler. Frangipan's joue ce morceau dont j'ai composé la musique. Je suis très, très fier qu'ils se soient emparés d'un morceau à moi. J'ai un peu arrangé le texte, mais c'est un texte traditionnel qui vient du Poitou, ou du Berry, je ne me souviens plus trop bien. Enfin, bref, Frangipan's joue ce morceau. Je l'adore.  

Donc, une autre voix, une voix féminine Frangipan's.

C'était la belle voix d'Amélie, de Frangipan's, groupe d'Alsace que vous pouvez retrouver dans les bals folk de la région. Sylvain, est avec nous dans le studio. Sylvain, je crois que tu composes musique et chanson. Tu peux nous en dire plus ?
J'aime bien forcément interpréter des choses traditionnelles, mais j'aime bien aussi enrichir cette tradition dont on a héritée, et puis composer moi-même, m'essayer à faire des petites chansons, des musiques à danser, des choses même pour le concert, ça m'arrive. Ça, c'est une activité qui me plait beaucoup. Parce que c'est aussi un lieu où on peut dire des choses, s'exprimer, et puis, faire danser en même temps, je trouve ça assez sympa.

C'est vrai que en bal folk, les morceaux avec paroles sont rares et on apprécie beaucoup d'entendre des voix.
Oui, c'est vrai que je trouve qu'il y a peu de groupes finalement qui chantent. En tout cas, en Alsace, je serais content qu'il y en ait plus, parce que la voix humaine, c'est quand même, pour moi, un instrument roi. Même si le diatonique est une passion pour moi, mais je trouve que, d'ajouter sa voix, ça donne vraiment quelque chose, une présence, une rythmique particulière. Je prends vraiment beaucoup de plaisir à le faire.

Il y des groupes folk en Alsace qui animent des bals folk uniquement avec leurs voix.
Et oui, je les connais bien parce que mon épouse en fait partie. C'est
Tournemalines. C'est à eux que tu pensais, j'imagine, ou tu pensais à quelqu'un d'autre ?

Je pensais à un autre groupe, récemment sur www.AccroFolk.net. Mais, malheureusement, leur nom ne me vient pas en tête. J'espère qu'ils m'excuseront.
J'en profite pour faire de la pub pour
Tournemalines, parce que Catherine, mon épouse, et Anne Schlick chantent et mènent le bal à la voix toutes les deux. Elles ne sont pas seules, maintenant, et en effet, j'ai entendu à Lautenbach, cet été, un autre groupe et c'est très très agréable de danser sur ces voix-là.

Donc, Sylvain, le morceau que tu nous proposes, les Cailloux...
Oui, une composition, c'est une valse. Alors, j'espère que dans le studio, ça va se mettre à valser.
joué en live dans le studio

Merci beaucoup à toi Sylvain, pour ta sincérité, merci à toi d'avoir joué pour nous dans les studios de RDL.
Merci de m'avoir accueilli pour cette première émission. C'était quand même un sacré honneur que tu m'as fait là. Merci à toi et longue vie à l'émission.

Merci à vous chères auditrices, chers auditeurs de m'avoir écouté pour cette première émission d'AccroFolk FM. Merci pour votre indulgence. A bientôt pour d'autres groupes, d'autres musiques folk et trad. En attendant la prochaine émission, rendez-vous sur le site ww.AccroFolk.net. Bonsoir.

 

 

--

--

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Annoncer...

... votre manifestation dans l'agenda d'AccroFolk.

Veuillez remplir ce formulaire ici

 

Lettre d'information

Pour être informé mensuellement par mél de l'agenda des manifestations folk et trad d'Alsace et environs, complétez les champs ci-dessous.
Vous êtes ici : Accueil Chroniques AccroFolk FM, l'ex-émission Mardi 9 novembre 2010, invité Sylvain Piron

Nombre de visiteurs

Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Depuis 2005
221
3524
3745
26734
78891
69100
1450296

Prévision pour aujourd'hui
3888


Your IP:54.197.87.25

A votre disposition

Partager vos réactions

  • Qui c'était le preum's ?

    • Homonymix ++ Groupe de bal folk « FRESQUEL » à Carcassonne avec Camille Mondon (accordéon diato.), Michel Mondon (flûtes et boudègue), Guy Beaubois (violon et ...

      Lire la suite...