AccroFolk, musique et danse folk et trad

               Les nouvelles des musiques et des danses folk et trad.

Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Chroniques Les billets de Cheveux Gris Le bœuf sur le toit

Chroniques

Le bœuf sur le toit

Un boeuf bien folk, s'il vous plaîtIls sont quatre diatos. Ou trois vielles à roue. Ce matin, ils travaillent ensemble. Pendant que leurs potes font la grasse matinée, ou se baladent, ils jouent. Ensemble. Ils tournent les standards pour s’échauffer, reprennent, se calent, tous ensemble, jusqu’à ce que ce soit bon pour le prochain bal. Tourne et retourne. Ça fait un peu de bruit, c’est sûr, mais c’est joyeux, sympa, drôle quand l’un se plante lamentablement à l’endroit le plus facile, enthousiasmant quand ils ont passé, enfin, tous ensemble, tout le morceau. Tout y passe, à l’unisson, ils moulinent : la Sansonnette, la Cochinchine, les Grandes Poteries, les Amants de Saint-Jean, la Débraillade. Et même ils bossent une nouvelle valse. A l’unisson, ils se soutiennent, s’entraînent, peaufinent leur rythme.

Joyeuse musique dans la lumière du matin.

Ce soir, après le bal, il y a bœuf. L’expression, typiquement française, vient, paraît-il, du nom du cabaret parisien historique le Boeuf sur le toit. En anglais, on dit jam-session, qui n’est pas aussi poétique, encore que la poésie du bœuf, on peut demander à voir… C’est le plaisir de jouer ensemble, librement, de prendre sa place dans un groupe inconnu ou nouveau, d’improviser.

Les diatos sont sept ce soir, les vielles à roue quatre, plus deux cornemuses, deux violons et une clarinette. Avec enthousiasme, ils moulinent à l’unisson la Débraillade, les Amants de Saint-Jean, les Grandes Poteries. Quelqu’un lance la Cochinchine, puis la Sansonnette, et quelqu’un d’autre une nouvelle valse. Et ils tournent jusqu’à ce que quelqu’un lève le pied, et hop le dernier tour.

Ça fait un peu de bruit, c’est sûr. Quand Gaétan se plante, on ne l’entend même pas. Si Cunégonde faisait des variations, on ne l’entendrait pas non plus, d’ailleurs. Ça tombe bien elle n’en fait pas. Et même la seconde voix si jolie que fait Mélusine, enfouie là-dedans, ni ouie ni connue. Amato, lui, carrément n’est pas là. Il a bien raison. Moi, j’y suis, pour Accrofolk, mais je me tais : je ne tiendrais pas le volume.

Assez, pitié, plus ! Le bœuf ne reste pas sur le toit, il passe au travers, il tombe sur nous, il écrase tout ! Moulinée, écrasée, défigurée, épuisante, la musique. Triste pour tout dire.

Mes amis musiciens, arrêtons de jouer tous ensemble, tout le temps, systématiquement…Un tour, deux tours peut-être…et puis chacun son tour…et puis on tient la basse pour faire la place aux copains – on appelle ça « faire le tapis » - et on s’écoute…et là, oh ! Basile et sa cornemuse, quelle finesse, et la deuxième voix en contrepoint d’Alfred, quel régal, et voilà qu’Ernestine lance une jolie impro jazz à la clarinette,…et même, Amato est revenu !

Le bœuf sera léger sur le toit !

Cheveux gris

 

 

Commentaires   

 
0 #4 Anonyme 04-09-2012 22:23
TOUT à fait d'accord avec Gilles § le boeuf c'est retrouver ses oopains musiciens(nes)e t partager un moment de convivialité autour de la musique qu'on aime et qu'on pratique, en "modeste amateur". et si chveux gris n'apprécie pas notre musique de troupeau, nous on l'invite à rester au fond de son canapé, bien au chaud chez elle, ou à aller à des concerts de "pro" à la filature où sa sensibilité musicale sera combléeeeeeeeee …
chveux gris oublie sans doute que sans nous autres les moutons il n'y aurait personne pour la faire danser en Alsace de temps en temps. et que sans les moutons que nous sommes l'art folk, ferait partie du passé.va me trouver des "pro" dans le folk chez nous !
Citer
 
 
0 #3 Invité 04-09-2012 22:22
Ce que je trouve en général, le boeuf est joué par les moutons en troupeau (je rigole mais c'est vrai). Ils ont appris les morceaux par coeur à un rythme très précis, quand on joue un peu autrement, quand on improvise ou quand on change de rythme, ils sont complètement perdus. Le pire c'est qu'ils pensent qu'ils ont toujours raison lol
Citer
 
 
0 #2 Cheveux gris 04-09-2012 22:21
Eh bien, je n'ai pas dû être assez claire, autant pour moi. C'est bien de ça qu'il est question: un boeuf, ça ne devrait pas être répéter des morceaux, toujours les mêmes et en troupeau,… mais c'est trop souvent ça. Je suis musicienne et j'adore faire un boeuf, un vrai. Où on s'écoute et on accueille l'inattendu. C'est bien de ça que je parle, relis la fin du billet…
Citer
 
 
0 #1 Gilles Pequignot 04-09-2012 22:21
Allez, je me lance :c est souvent que ça me démange de répondre, mais pas toujours le temps…ou à quoi bon…
Enfin, un boeuf ça n est pas répeté des morceaux, toujours les mêmes en troupeau, non pour moi c est rencontrer des musiciens et parler ensemble le même langage, jouer avec un gros son ,écouter son voisin et répondre à une de ces idées, accueillir l inatendu…pauvre cheveux gris, t es pas musicienne ? il y a des plaisirs qui t échappent.
Citer
 

Annoncer...

... votre manifestation dans l'agenda d'AccroFolk.

Veuillez remplir ce formulaire ici

 

Lettre d'information

Pour être informé mensuellement par mél de l'agenda des manifestations folk et trad d'Alsace et environs, complétez les champs ci-dessous.
Vous êtes ici : Accueil Chroniques Les billets de Cheveux Gris Le bœuf sur le toit

Nombre de visiteurs

Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Depuis 2005
12
2729
16218
27041
64630
69100
1436035

Prévision pour aujourd'hui
3096


Your IP:54.242.249.240

A votre disposition

Partager vos réactions

  • Qui c'était le preum's ?

    • Homonymix ++ Groupe de bal folk « FRESQUEL » à Carcassonne avec Camille Mondon (accordéon diato.), Michel Mondon (flûtes et boudègue), Guy Beaubois (violon et ...

      Lire la suite...