La découverte ou l'ignorance

 

Le breton ne fait pas l'unanimitéCe soir-là, au bar, on boit, on bavarde, on traîne, on fredonne., on rit... Voilà que de la salle sort une musique bretonne. Aussitôt, c'est un double mouvement inversé. Ruée vers la salle avec des mines enthousiastes. On entendrait presque le aaah! Et fuite de la salle, avec des moues désabusées, quand ce ne sont pas des lazzis. Vu du bar, c'est carrément drôle.
Le breton ne fait pas l'unanimité. Oui, il y a ceux qui adorent; et même qui n'aiment que ça. Et les autres. Dans les pages d'Accrofolk même, on a pu lire des remarques d'une lassitude désabusée, quand ce n'est pas d'une ironie méprisante, pour le cent cinquantième andro de la soirée... danses en chaîne, toujours les mêmes, longues, monotones, que n'entend-on pas! Quant aux musiques, simplettes, musique à un temps, et sur quatre notes!
Mais que d'erreurs et de préjugés dans tout ça!
Beaucoup de danseurs sont comme moi: pendant des années, je n'ai connu qu'andro et hanter-dro, (et le bar pour la gavotte.). Et puis...
D'abord, il n'y a pas que des danses en chaînes, mais des mixers, des danses à figures...Ensuite, il y a plusieurs centaines de danses bretonnes (si, si, il y a eu un recensement il y a quelques années). C'est un univers de subtiles variations: laridé de Kervignac, de Lanrivoaré, de Pontivy! Jabadao, pileur lann, dans moult! Et souvent, chacun peut s'y permettre ses variantes personnelles, décoratives ou acrobatiques.
Et puis la musique...apparemment simple.... Mais tiens, l'autre soir: le groupe (ne le nommons pas) apparemment plein d'énergie, rythme très frappé, annonce une gavotte. Et la gavotte ne part pas. Ça cafouille. Chacun démarre ailleurs. Chaque chaîne finit par se mettre d'accord, mais elles restent décalées entre elles! Eh oui, en fait chaque danse a un phrasé particulier, qui fait la différence entre un laridé 8, une gavotte, un kost ar c'hoat (même nombre de temps, mais les habitués ne s'y trompent pas...), et surtout qui permet de partir tout de suite du bon pied sur le bon temps. Si on accentue tous les temps, boum boum boum, plus rien.
Alors...il y a un univers à découvrir, là comme ailleurs, en danse et en musique. Ça a l'air simple, ça ne l'est pas, c'est plus subtil que ça.

Il y a aussi les chauvins, qui n'aiment ça que parce que c'est breton...N'en parlons pas. Aimons les danses ...parce qu'on les danse...pour leur univers propre...Et foin des préjugés!

Cheveux Gris

 

La découverte ou l'ignorance : titre d'un célèbre morceau de Tri Yann

 


Commentaires   

+5 # Jean-LuK 03-06-2012 11:41
Bonjour cheveux gris,

Certains compte 500 danses bretonnes ! Mais là-dedans, il y a à boire et à manger, dont un petit paquet de danses inventer dans les années 1950-1960, et un grand nombre créées à la fin du XIXe début du XXe siècle, des quadrettes à la pelle (inspirées tardivement du quadrille français) et des danses en couples quasiment toutes originaires d'Europe centrale avec des variantes locales d'un intérêt discutable… La grande majorité de celles-ci est issues de cercles et autres professeurs de danse, quand les Bretons en commencé à se regarder danser, à vouloir faire comme les riches touristes de cette époque qui n'avaient que mépris pour leurs danses en chaines (Flaubert entre autres).
Les danses en chaine, plutôt en ronde d'ailleurs, sont des reliquats des anciennes danses européennes, des raretés qui ont été préservées jusqu'à nous et qui sont porteuses d'une philosophie communautaire, tout l'inverse de l'individualism e actuel.

Pour la Gavotte, de quoi parlez-vous ? De ces serpentins frénétiques et courus ou des rondes réellement traditionnelles du centre-Bretagne (la Dans Tro) qui se dansent uniquement avec les pieds ? Vu que vous êtes familier du terroir vannetais, je suppose qu'il s'agit des premières.

Une interrogation sur les danses dites traditionnelles , pourquoi les Polka, Valse ou Scottish et pas la Java française ???
Répondre | Répondre en citant | Citer
+5 # Pedibus 03-06-2012 22:02
Joli contre-pied, Jean-LuK. Très intéressant, et très pertinent.

Sur ton interrogation finale, réponse très simple : NON, polka, valse, scottisch, pas plus que la java, descendante de la mazurka, ne sont des danses issues de la tradition. elles sont par contre des danses d'un passé assez éloigné, que nous apprécions bien aujourd'hui encore, et ce pour mille raisons parfois contradictoires et même absurdes...
Lire à ce sujet l'éminent et excellent Yvon Guilcher (cf. bibliographie).
Toutefois, en bal folk ou fest noz, l'essentiel est que le bal fonctionne, attire des danseurs participatifs, apporte du plaisir.
La querelle sur l'authenticité etc...y est de peu d'intérêt.
Répondre | Répondre en citant | Citer

Articles au hasard

Exprimez-vous

Sous divers articles, un espace vous est offert pour vos commentaires. L'anonymat, les pseudos sont possibles.
Vos apports sont des enrichissements précieux, des couleurs essentielles et une des raisons d'être de ce site, qui diffuse des informations, des idées mais permet aussi des retours et des échanges sur les thèmes et activités qui nous passionnent.