Les pages de Jean-LuK

 

Jean-LuK, au centre, dansant la gavotte

« Là-bas, dans ces contrées éloignées des confins de l'Europe, dans ce bout du bout du continent, à l'extrémité de ce nez où les nuits s'appellent noz dans un dialecte abscons, des individus se réunissent à la moindre occasion pour d'interminables danses. Ils s'assemblent en chaîne, se tenant par la main, par le bras pour s'agiter en groupe dans des rondes qui semblent remonter au fond des âges sur des rythmes entêtants de chants ou de musiques envoûtantes d'instruments rêches et stridents. Je les avais rencontrés il y a de très très nombreuses années, il m'en est resté un souvenir flou, bien que profondément ancré dans les tréfonds de ma mémoire, un souvenir qui n'attendait que l'opportunité de se raviver.

Arrivé au beau milieu de ces terres de Bretagne, attiré par les paysages marins, je les ai croisés à nouveau. Instantanément, je fus sous le charme de ces rites tribaux, ces pratiques archaïques qui les emmènent tous, serrés les uns contre les autres, dans des farandoles lentes et saccadées, aux rythmes enivrants de musiques étrangères à nos oreilles occidentales. Moi qui n'avais jamais dansé, j'ai ressenti instantanément l'envie d'entrer dans ces rondes, de me fondre dans ces chaînes humaines, de participer à ces fêtes si éloignées de nos codes modernes et rationnels. J'ai délaissé le littoral pour me tourner vers l'intérieur, vers ces anciennes montagnes qui n'en ont gardé que le nom, une vague forme, et que les nuages survolent à vive allure sans s'y déchirer. »

Jean-Luc Kokel

Fest-noz, la découverte - Editions Chemin d'images

 

Trois ans après cette plongée dans les bals bretons, Jean-Luc Kokel, photographe expérimenté, publie son livre « Fest-noz : la découverte ». Ce livre ce veut être à la fois un regard extérieur, un reportage si possible objectif et une initiation à la découverte du fest-noz populaire et loin des manifestations folkloriques ou touristiques. L'ambiance, les codes et la fête y sont fondamentalement autres. L'enracinement dans la culture bretonne, ses liens avec un monde riche de musiciens, la chaleur humaine et les multiples organisations et associations qui gravitent autour produisent souvent en fest-noz des moments exceptionnellement magiques où ses danses ancestrales emmènent parfois les participants dans une forme de transe colorée.

Cette rubrique présente quelques textes et photos extraits de ce livre, "Fest-noz La découverte", Edidtion Chemin d'images, www.chemindimages.fr

 

 

Le Fest-noz d'hier et d'aujourd'hui

Danse de fest-noz Le fest-noz a été inscrit sur la Liste de l'UNESCO représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité le 5 décembre 2012 à la suite d'une demande qui a été portée par un collectif, Dastum assurant l'intendance de cette démarche. 

Danser en fest-noz, conseils aux débutants

Intégrer un danseur débutant dans une danse en chaine.Dès que l'on est séduit par les fest-noz, immanquablement l'on ressent le besoin de rentrer dans la ronde, d'apprendre ces danses. Comment et quelles sont les différentes solutions pour y parvenir, c'est ce je vais tenter de vous apporter dans les pages qui suivent.

Cercles circassiens

Cercle circassienC'est la toute dernière et pourtant populaire
Est chapelloise ou circassien sur les mêmes airs
Miss Pledge et Yvon Guilcher en sont responsables
De la forme en couple, les Bretons en sont coupables* 

Ronds de Saint-Vincent

rond-saint-vincent Un pas sur le côté à gauche, pied droit devant
Pas sur le côté, pied droit derrière. En suivant
Sans oublier les grandes boucles avec les bras
Et par le petit doigt, tes voisines, tu tiendras


Articles au hasard