AccroFolk, musique et danse folk et trad

               Les nouvelles des musiques et des danses folk et trad.

Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Késako Mouvement folk Qu'est ce qu'un bal folk aujourd'hui ?

Qu'est ce qu'un bal folk aujourd'hui ?

Divers formes de danses traditionnelles ou danses folkUn bal folk est un événement où musiciens et danseurs évoluent autour de musique et danses d’origines et structures traditionnelles ou anciennes. L'on y danse, sans spectacle ni costume folklorique, sur des musiques arrangées et revitalisées selon des influences diverses. Les participants, curieux, novices et habitués, viennent d'horizons divers pour partager un moment de joie hors du temps et hors rapports sociaux. Une ambiance tonique et chaleureuse invite à bouger et à se rencontrer.

Les musiciens interprètent des mélodies, façonnées au fil du temps par la pratique, par enrichissements et évolution continue et expriment des accents des plus traditionnels aux plus actuels. Il n’y pas d’instrument spécifique au bal folk. On peut y trouver des instruments traditionnels, violon, accordéon diatonique, cornemuse, vielle à roue, flûte,... et de nombreux instruments plus "modernes", guitare électrique, batterie…

Les danses d’origine traditionnelle proviennent de différentes régions et milieux français (Bretagne, Auvergne, Alsace….) et de divers pays d’Europe, parfois au-delà (Amérique du Nord, …). Les formes sont variées : en couple, en chaîne, en cortège, en lignes, en rond, en quadrette… Elles peuvent dater du moyen âge (branle) ou être plus actuelles (chapelloise). Danseuses et danseurs évoluent ensemble, quel que soit leur niveau, de manière très conviviale et spontanée.

Origine
Les bals sont apparus dans les années 1970 grâce à des connaisseurs ou explorateurs de traditions et de pratiques culturelles vouées à l'oubli. Des groupes de musiques traditionnelles et folks se constituent et on réinvente et rénove des danses populaires, traditionnelles, de salon, de cours…

Aujourd'hui les bals folks sont organisés régulièrement partout en France par des associations folk, des centres culturels, ou prennent place lors de rencontres et festivals de musique folk, musiques du monde ou parfois dites "celtiques"… Afin de permettre aux novices de danser, un atelier de danse a parfois lieu avant le bal. Fréquemment, un animateur explique et coordonne les danses au cours du bal.

 

 

Article proposé à Wikipédia, l'encyclopédie libre du net, le 2 octobre 2006

 

Accrofolk.net vous fera découvrir le folk, ses musiques et ses bals dans toutes leurs dimensions.

 

Pour en savoir plus :

 

{jacomment on}

 

Commentaires   

 
+7 #23 Adélice 02-11-2012 17:59
Pfaffenheim, le 6/10 /12
Nocturne dynamique dans le vignoble.
Nous avons tous su sur quel pied danser : les bourrées du Morvan et la gavotte de Pont Aven enlevées par « Gabal et Cie », les valses musettes rythmées par le banjo de « Pan Bougnat » et les branles impatiemment attendus du « P’tit Blanc ».
Juste la bonne dose aux saveurs diverses, avant de s’en retourner vers d’autres réalités.
Citer
 
 
+5 #22 Caramelle 11-10-2012 20:31
Dessert automnal
Wittelsheim, le 22/09. Une grande salle apparemment trop peu connue du monde folk, voire boudée, proposait un parquet agréable à fouler. Des musiciens complices et en forme ont offert un jeu musical de qualité. Tant pis pour les absents, ceux présents, motivés, en ont bien profité !
Merci au tourneur d’orgue de barbarie fidèle trait d’union mécanique entre les deux groupes « Quatr Quart » qui a ouvert le bal et le « P’tit Blanc » qui l’a clôt.
Tous ont, jusqu’à leur dernière danse proposée, cherché à satisfaire les danseurs.
Citer
 
 
+2 #21 Chaval… 17-05-2012 21:03
Katzenthal 12/5/12 Une salle parquetée, bien remplie, et une moiteur sub-tropicale malgré une soirée très fraîche au dehors, donnait à « Carnet de Bal » le cadre pour l’accueil d’ un duo-trio de musique et danses balkaniques, alternant avec une tête d’affiche bien entendu siglée « Au Gré des Vents ».
Bien des habitués, confirmés et connaisseurs étaient là, et quelques « jeunes de 10 à 25 ans » très bienvenus et vite intégrés. Seules 8 mains se sont levées pour obtenir une explication d’un « Lucky seven », réalisé ensuite sans bavure. C’est un bon indice des compétences de l'assemblée.

« Au Gré » proposa son cocktail de très bonne facture, un mélange maîtrisé de ses créations et des classiques de ses bals « Alsace », entrecoupés de répertoire Gascon et de quelques danses anglaises. Toujours sans danses bretonnes, d’ailleurs bien en cour ces dernières semaines dans la région.. Les branles d’Alsace y compris les néo, revisités et recréés, sont tout aussi chouettes, en vérité…même s’ils sont moins médiatisés. C’est le solide point de vue du duo.
Au gré apporta des contre-chants et enchaînements nouveaux (ou du moins enfin détectés par mon oreille un peu fruste) et quelques diversions sonores intéressantes et souvent amusantes.

La partie balkanique, exigea des pas vifs, des ruptures de tempo, des figures diverses, et donna lieu à essais, erreurs et réussites à divers degrés, dans une grande bonne humeur, mais avec trop d’yeux tournés vers les pieds des uns et des autres et trop peu vers le regard collectif ou celui des proches voisins. Le bien-danser balkanique sera possible un jour, avec l’aisance de la bonne routine où l'on ne réfléchit ni ne compte plus, après de nombreuses heures de pratique.
Citer
 
 
+3 #20 Amy Cal 01-05-2012 22:06
Cet incident est déplorable. Personne ne s’est manifesté, vous non plus ? Peut-être que personne ne souhaitait envenimer la situation. Peut-être que des remarques discrètes ont sanctionné en aparté ce monsieur pour lui rappeler qu’un dialogue courtois avec un musicien est souvent possible. Le bal n’est pas un monde angélique. Divers sentiments s’y vivent, bien perceptibles lorsqu’on prend le temps d’observer et de ressentir. Rancune, jalousie, indifférence côtoient accueil, chaleur, amitié, voire amour. Un lieu relationnel en somme.
Citer
 
 
+4 #19 Frédérique 24-04-2012 00:10
Je répond à Ondine Céleste "Come back".

Idem pour moi, cela fait longtemps que je fréquente les bals folks mais malheureusement pas très souvent faute de temps disponibles.
Pourquoi les bals folks ?
Tout simplement parce qu'on n'a pas besoin d'y aller avec un partenaire et aussi parce que tout le monde a l'air sympa du moins jusqu'à samedi soir à l'école Michaël à Koenigshoffen avec Sylvain Piron et Raymond Frank et les autres musiciens présents.
J'ai été choquée par le comportement d'un danseur. Ce monsieur a répondu violemment et méchamment à un musicien qui a joué trop rapide à son goût.
Personnellement cela ne m'a pas dérangé, j'en ai vu pire mais il faut faire avec, ce sont les musiciens qui fixent le rythme et font danser et non le contraire. La vitesse, cela se régule,
Le pire c'est que personne ne s'est manifesté !!!
C'est cela le folk ? Mensonge et hypocrisie ?
Citer
 
 
+5 #18 Lions du Léon 09-04-2012 20:57
Noël au balcon, Pâques en breton

L’AVO de Valdoie proposait un fest noz la veille de Pâques. Bonne pioche, le petit nid douillet de l’anguleuse salle Jean Moulin faisait le plein, après un atelier de gavottes, et fort de trois formations à l’affiche.

« Digor Kalon » duo aussi efficace qu’inclassable, côté danse bretonne de part et d’autre du Rhin, lança la soirée par un andro simple enchaîné avec l’andro retourné « Chanj’tu/ Madeline/Madele ine… », une excellente mise en jambes. Le tuilage voix-guitare, ma foi, cela marche bien. Ni Kan ha diskan complets, ni Gwerz, mais très bretonnants et rythmés, les chants celtophones présentés portent les danseurs avec l’énergie et le charme toujours bien propres à ce couple musicien.

« Les Sonneurs du Lion », ce soir-là constitués de deux bombardes, d’une grande cornemuse et d’une grosse caisse, occupèrent pleinement l’espace sonore, proposant avec urbanité, attention et esprit pratique aux danseurs les plus fragiles du tympan, des bouchons d’oreilles anti-décibels. Une belle présence, sur une étonnante valse écossaise notamment, dans cette formation, il fallait oser. Pas de problème, la sensibilité et le slow -tempo requis n’ont pas souffert du climat « bagad » de l’ensemble.

« Acoufaine », au son velouté et pondéré, comme leur appellation vaguement destroy ne l’indique pas, proposa avec bonheur une musique fluide et une instrumentation variée (piano électronique, diato, mais aussi flûtes à bec et une très chic viole de gambe) et offrit diverses incursions appréciées dans du folk pur bal, sans trahir la coloration bretonne de la soirée. Constat : la gavotte de l’Aven est en train de gagner en bal une place de choix nouvelle, en quadrettes, tout en finesse et en distinction.

Un RV fut donné en scène pour la venue de Darhaou le 5 mai, à Wittenheim, Ht Rhin.
Citer
 
 
+5 #17 Cap Carnaval 27-03-2012 23:08
Après deux fest noz-bals

Côté trésoreries : modestie

A Fessenheim (Ht-Rhin) le 11/02, 160 entrées (contre plus de 300 d’autres fois), pour le folk-pop-rock de Galadriel, du « breton » finement entrelacé avec des danses traditionnelles plus généralistes. Invoquons en partie les grands froids cocoonisants et la vitalité de (67) Fegersheim 70 km plus loin, au bal folk costumé très couru.

A Bollwiller (Ht-Rhin) le dix-huit février, un bal «celtico»-fest- noz, 170 payants. Etonnamment, c'est vraiment les non-danseurs qui ont fait défaut à la caisse (fûts de bière entamés, peu vidés), car la piste était bien vivante. Nombre de bals (popu) de carnaval battent par ailleurs son plein (oui, full sound !)comme toujours dans l’hiver alsacien, d’où une déperdition sensible de participants.

Au rayon danse : plaisance

A Bollwiller, donc, la recette (pâtissière) des six bons faiseurs de Quatr’ Quart contenait un bon 1/3 de « breton » pur beurre. Merci pour la belle diversité apportée aussi par des danses de partout dans les deux autres tiers. La musique brillamment tourmentée de ce groupe, savamment distordue parfois, s’avère ici ou là un brin déroutante pour le danseur en quête de repères. Des «temps forts/faibles» chers au trad’ s'y estompent pour certaines digressions musicales. Il faut alors retrouver au sonar la cadence pour les appuis du pas. Péchés mignons et véniels, liés à la belle aptitude de ce groupe pour les citations, les pastiches musicaux et les détournements sonores de concert. Quatr’ Quart est toujours bien apprécié, de toute évidence, pour sa perpétuelle ardeur créative et sa recherche de qualité totale.

Gabal & Cie, plus carré, jouait là en trio 100% masculin, toujours sans sa co-fondatrice Gab’ (reviens, Gaby !) et privé ce soir-là de Marlies, sa diatoniste. Sans leur équipe-type, les musiciens n’ont pas introduit leurs épatants morceaux morvandiaux… ou sans doute leur contrat pour ces précoces prémices de la Saint-Patrick, stipulait-il assez strictement un son breton homogène. A propos, le patron de la Bretagne [et des juristes] est le grand Saint Yves, fêté… le 19 mai !

Quoi qu’il en soit, la piste, bien garnie en « pros » armoricains, mêlés de danseurs généralistes bon teint, les uns comme les autres de très bonne humeur, a exprimé une satisfaction de très bon aloi. Bravo aussi aux méritants sonorisateurs de Stockbrunna. Merci aux organisateurs.
Citer
 
 
+1 #16 fredaussi mais un autre 27-03-2012 23:06
Bonjour,

on m'a dit de venir faire un tour ici vu qu'il y avait eu un commentaire sur nous (tradi-rat-dit- radis-tionnel). Je tiens à vous remercier beaucoup pour vos commentaires … d'abord bougeotte, c'est très élogieux, je ne m'attendais pas à tant … ensuite fred (c'est rigolo fred, salut !) la réaction est touchante. mais c'est vrai que je n'aurais pas réagi aussi vivement. je suis d'acc. qu'on fait des tas de trucs pas toujours terribles et puis je ne revendique rien d'ethnico-régio nal, moi je souhaite juste faire des balloches où on se marre et ou on peut danser des tas de trucs variés.
bref
je suis ravi que les danseurs disent aussi ce qui va pas et je vous promets que je tente aussi fort que possible d'améliorer les trucs où l'on me dit "ouais, bof, là, pas terrible".

mais vraiment … très touchés par vos messages … et je me suis bien bidonné en lisant le truc ! diva … ouaip … frédo c'est plutôt divaguement quelque chose d'intéressant tous les 3 ans (ahaha)
bises !
Citer
 
 
+4 #15 Ondine Céleste 27-03-2012 23:06
Come back
Quelle que soit la durée pendant laquelle j’interromps ma fréquentation des bals,je suis toujours accueillie chaleureusement et j’ai toujours beaucoup de plaisir à revoir les uns et les unes.

Le folk est pour cela un milieu sans doute à part; j’ai l’impression (illusion ?) qu’il n’y existe pas ou si peu d’animosité, de jalousie, de concurrence. Et c’est tellement agréable, tellement reposant par rapport au milieu professionnel !

J’y viens trop peu, sans doute, mais il y a trop peu de bals le vendredi ou les dimanches après-midi pluvieux d’hiver…
Citer
 
 
+2 #14 Do-si-do 27-03-2012 23:05
Un p’tit tour et à deux mains Belfort, 19 novembre

Quarante stagiaires évoluaient en cercle, en lignes, en sets, en chaussettes ou en chaussons sur le parquet sacré du conservatoire de danse pour 3h de contredanses anglaises préparant aussi le bal du soir. La progression mise en place par la pimpante animatrice Michèle Champseix puisait surtout dans le répertoire des danses populaires du genre.

Son musicien attentif était Gilles Poutoux, (look « ZZ ») top-efficace avec un mélodéon pour seul bagage, plein d’humour sobre et vif dans les intervalles et les brèves pauses réhydratantes.

Avec la boîte à outils de la formatrice, les danseurs peu anglophones purent travailler le mouvement et leur accent anglais pour le «side», le «swing», le «set» et le «turn», le «cast», le ou la «corner», le «running step», le «as many as will», la «gipsy» ou tour sans les mains, sorte d’œillade « tzigane » toujours savoureuse. Avec ou sans sous-titrages aussi, les figures de divers autres tours, le dos-à-dos (« back to back » ou « do-si-do » aux USA), le voisin ou la voisine, le moulin, la poussette…

Bien des finesses et indications de style, de posture, d’anticipation du prochain geste, de relation à l’autre et au groupe ont été présentées et bien comprises grâce à une transmission concise, ouverte, joyeuse.

Le démarrage du stage, avec le fondamental cercle circassien, fut un régal de remise en cause des habitudes (les plutôt bonnes ou les plus fantaisistes). La conclusion de la séance avec la figure du «tire-bouchon», réveilla pour certains des souvenirs de bals passés et ouvrit un lien un peu moins english vers l’Ecosse…
La pochette d’un 33 tours de feu l’excellent groupe «Les Lendemains qui Dansent» mentionnait (sous la plume d’ Y. Guilcher ?) que «La contredanse, c’est tellement bon, qu’on devrait l’interdire. Alors, profitons-en !». Qui dirait mieux ?
Citer
 
 
+2 #13 Numerus clausus 27-03-2012 23:04
Soultzeren (près de Munster) 12 novembre.

Effet magique numérologique du lendemain de 11/11/2011 à 23h11 ? En tout cas une salle montagnarde magnifique avec ses frisettes géantes d’un plafond en étrave de navire (le sol par contre en plastique sports-co était assez décalé), salle donc remplie à ravir, et un bal de très haut niveau d’ambiance et de qualité. Allez, pinaillons, pour la forme : des tempos parfois un peu rapides et inhabituels chez Au Gré des Vents en pêche olympique, mais plus en mode sprint circassien qu’en perspective marathon planant. Cela excite les foules mais ne les pousse pas au geste juste. Côté Shillelagh, plusieurs compos brillantes mais limite concertantes, ce qui me mit en alerte critique. Or le trio nordiste, à l’instrumentati on « contemporaine sans bourdon » et de structuration proche de Tradirrationnel , eut comme son homologue helvétique le grand mérite de ne jamais sacrifier le confort de la danse, par sa combinaison réussie entre création et dansabilité, bravo. Toute leur bonne humeur sans excès, leur simplicité en scène et leur parfaite maîtrise de danses flamandes bien intégrées au bal généraliste et pas casse-tête, dynamiques, bien transmises, ont convaincu. Le groupe visiteur a obtenu la participation de tous, dans la continuité de facilitation et de la justesse de choix bien connue d’Au Gré DV.

Une armada de danseurs et danseuses se sont montrés à la hauteur de l’évènement joyeux comme une fête d’été. Bonne surprise de cet opportun long week end de l’armistice. Les absents ont loupé quelque chose, mais s’ils étaient venus, la grande salle aurait explosé. Le stage de danses des Flandres en après-midi avait déjà dû refuser du monde…
Citer
 
 
+2 #12 Vincent 27-03-2012 23:03
Fred,

J'ai trouvé pour ma part les propos de Bougeotte plutôt bien exprimés et nuancés.
Il (ou elle) reconnaît d'ailleurs de nombreuses qualités au groupe Tradirrationnel . Chacun a le droit d'exprimer son point de vue, dans le respect évidemment de certaines règles que le modérateur du blog saura définir et faire appliquer.
Bien sûr, cela ne fait pas plaisir a priori de recevoir des critiques, mais si on prend un peu de recul, soit on les ignore, soit on en tient compte pour avancer.
Par ailleurs, chacun a le droit d'aller à un bal sans pour autant apprécier l'ensemble des groupes qui s'y produisent. Au moins, on peut en parler en connaissance de cause.

Le folk ou le trad ne peut se passer d'une diversité d'approches et d'opinions.
Citer
 
 
+1 #11 Etiennette Bougeotte 27-03-2012 23:02
Calmos, « Fred ». J’espère que vous n’êtes pas, Monsieur, l’excellent Frédéric Blanvillain lui-même, dont le talent et l’humour sont si bien mis en valeur dans le commentaire qui vous dérangea (voir ci-dessous), mais artiste qui aurait donc pour côté obscur et irrationnel une surprenante susceptibilité de Diva ? Bigre ! Chassons cette supposition.
Quoi qu’il en soit… Relisez bien ce que j’écrivais, il y a de ma part pour ce groupe et cette soirée bien plus de compliments et de satisfactions exprimées que de critiques négatives. Des interrogations qui concernent autant le folk en général, que cette formation en particulier. Et aucune méchanceté envers Tradirrationnel –sans apostrophe, ok, dont acte.
Ce n’était pas le premier bal dans lequel je dansais au son de ce groupe. J’ai payé mon entrée en connaissance de cause, j’ai 25 ans de bals folks derrière moi (!) et ai conservé un esprit critique intact. J'ai droit à la parole. Les complaisances cucul du genre « tout le monde est bon, joue bien, danse bien, s’amuse dans la convivialité, et en plus j’adore tout ce que vous faites » n’ont pas grand intérêt pour la conversation ni pour faire gagner en respect et en notoriété le milieu folk.
Merci à Accrofolk de me permettre d’exprimer ici sans tabous ni omerta un avis et des goûts personnels sur ce que je vois, entends et ressens en bal, tous points de vue qui n’engagent que moi. C’est la règle commune des blogs et courriers de lecteurs. Mais tout artiste, musicien notamment, qui s'expose, doit trouver la maturité d’en accepter l’expression. Tout mordu, d'un groupe, même inconditionnel, également. Bon vent et à une prochaine, Monsieur Fred. Sans polémique stérile.

P.S. Au fait… Et si j’étais une « Madame » ?
Citer
 
 
-2 #10 Fred 27-03-2012 23:02
Message personnel au Monsieur qui se fait appeler Bougeotte : si Tradirrationnel (sans apostrophe) ne vous convient pas, je vous conseille la prochaine fois d'occuper votre soirée à autre chose que venir à leur bal.
Fred.
Citer
 
 
+1 #9 Bougeotte 27-03-2012 23:01
Transfrontalier s de tous pays

Wittenheim, 8 octobre

Les « Z’apprentis » musiciens du cru ont étoffé à l’unisson leurs effectifs et leur répertoire « Alsace », pour des intermèdes bien reçus dès la partie d’ouverture en scène.

« Prends tes pieds », duo de violons en couple, avec aussi chant et bodhran percutants. Une formation de répertoire à dominante bretonne, venue du Bade-Württember g. Une musique au son plutôt « classique » : on n’échappe jamais complètement à ses apprentissages académiques fondamentaux. C’est souvent un atout qu'ils ont su utiliser avec subtilité et modération.

« Trad’irrationne l », formation suisse et donc de proximité (Neuchâtel) aux accents musicaux multiformes mais sans bourdon. Ce quatuor en « trois plus un leader » relance constamment les élans de la salle par les accroches de bateleur
hyperactif de Frédéric Blanvillain. Cet accordéoneux talentueux, accessoirement fifre et flûtiste, est monté sur ressorts et a beaucoup d’abattage tant musical que comme meneur-animateu r, et de plus comme danseur énergique à ses heures de relative pause. Reproche occasionnel : le galop nantais était certes de trop, et certaines impros (ou compos ?) trop alambiquées en devenaient ternes en l’absence du caractère ethnico-régiona l si attachant dans le folk fondateur.
Au fond, Trad’ irrationnel est de partout et nulle part, pas de touche cantonale romande perceptible. Idem pour les violons franco-badois universels et consensuels. "Et alors", me dira-t-on ? Soit. Ne titillons pas cet aspect-là. Leur grand respect de connaisseurs du bal obtint l'essentiel, l’adhésion des danseurs. Ce fut d’ailleurs le point fort des trois groupes en action dans ce bal.
PS : Promesse, le président organisateur annonce pour le printemps la venue en fest noz des pros de « Darhaou » menés par deux anciens du cultissimo « Celtic Breeze » des années 90
Citer
 
 
+1 #8 Groupix 27-03-2012 23:00
Mussons, brancillons, merci Yvon
Un stage « Bourrée(s) du Berry » à (90) Valdoie, avec le grand maître Yvon G.
« Reprendre et retravailler Le Pas, toujours le pas, même pour les danseurs déjà bons ». Puis les avance-recule, les croisements frappé, Haut-Berry, Bas-Berry et bien d’autres; le pas « mussé », le « brancillé », les tiroirs, épingles à cheveux et bien d’autres gestes et figures à dénominations imagées ou techniques, spontanées ou pérennes. La bourrée ou les bourrées, les sources et collectages, leur réinterprétatio n et certains effets discutables, et les petits trésors des collectages encore méconnus.

La posture de danseur alliant la dynamique, la relation à l’autre et au groupe en mouvement, et esthétique, pour arriver au plaisir partagé complet offert par ces danses, ont été les fils conducteurs méticuleusement tissés pour tous.

Des mots justes aussi entre deux danses sur certaines dérives du folk depuis les 70's à nos jours, sur ses raccourcis, sur ses ignorances, mais aussi sur son intérêt et sa force. Bref, de l’excellent Y.Guilcher, au sommet de sa forme, de son art, de ses convictions. Une érudition vécue, utile, transmissible, sans ostentation. Deux fois 4h de présence continue, forte, attentive, stimulante, en phase bienveillante et exigeante avec ses stagiaires. Des pauses-café au ton parfois quasi philo et aussi rigolo. Ah, petit reproche quand même, le brassage des partenaires entre danses et exercices eût pu être davantage suscité.

Mille remarques, donc, des conseils subtils, mine de rien, au passage, tout en dansant et en souriant, avec une bonne humeur et un talent pédagogique hors pair. Un discours critique au sens noble, argumenté, respectueux. L’une ou l’autre pique quand même, parfois ironique ou grinçante, jamais méchante.
Un complice musical de grande qualité, discret, sobre et efficace, son fils Ronan au violon. Au final, une expérience vécue « triple A » pour l'ensemble des nombreux participants.
Citer
 
 
+2 #7 CASSANDRE 27-03-2012 22:59
Ballottage défavorable

Trois bals dans un mouchoir de poche les vendredi 6 et samedi 7 mai, dans le biotope des vignobles folks de (6 Mulhouse à Colmar, (du Rebberg au Kaefferkopf, sur 40 petits km d'autoroute). Les organisateurs d'Alsace sont-ils devenus folkdingos ? Cette ultradensité de propositions digne de la Bretagne en plein été risque fort, ici et maintenant, d'éparpiller fâcheusement le public concerné. Tant de bals folks concurrents en ballottage sauvage, on ne peut pas vraiment s'en réjouir pleinement. Une juste polémique en est encore vive sur ce sujet dans l'agenda d'Accrofolk.

Deux attitudes extrêmes m'attirent pour cette proche situation :
- L'alternative du héron de la fable ou de l'âne de Buridan, n'aller à aucun bal, na, bien fait, boycottage abstinent et vive la concertation future.
- L'alternative du marathon (balathon ?) maximaliste, de tourner dans les trois bals de proximité (vite, une ou deux fables à l'appui…"La grenouille et le bœuf" ? "Perrette et le pot-au-lait ? "L'ascète et la boulimique" ?). Ce serait, hors temps de festivals, le grand chelem du danseur de bal visant l'obtention d'un Grand Bretzel d'Or * en catégorie "mérite ballistique".

* distinction alsatico-alsacienne

Si quelqu'une est tentée par cette perspective "total bals", merci de me faire signe, nous partagerions, outre quelques danses de choix, le covoiturage, le plaisir des comparatifs critiques, les décorations honorifiques ci-dessus, et je m'occuperais d'alerter le Guinness alsacien des records.
Il y aurait même plus : passer par Saverne (bal samedi) et finir le dimanche à Barr (fête nature et danse en plein air).
Chiche ?
Citer
 
 
0 #6 VOIX OFF 27-03-2012 22:56
Voix off et best of

Une vidéo au commentaire très "années 50", pour le 9ème bal folk de la "Rhénania" à 68-Biesheim le 9/4/2011, animé par les Walkyries de "Demi-Dideldum" (Fribourg) et l'inoxydable "P'tit Blanc" de Lautenbach.

[url=http://www .biesheimtv.fr/ video.php?emiss ion=vie_locale ]
Citer
 
 
+2 #5 herelis 27-03-2012 22:55
Mon récit subjectif imparfait

Bal à (68 ) Lautenbach.
Un public de qualité et en bon nombre à l'ancienne gare. Une affiche avec «tRaucatèrme», ensemble venu d'Aurillac, et le groupe local "Quatr' Quart". Ouverture avec deux heures d’animation produite par les copains auvergnats très doués en polyvalence instrumentale et forts d'une expérience et de looks de vieux briscards assurant le show.

Leurs thèmes presque tous issus d' "authentiques collectages dans des villages" dont quelques standards du répertoire, sont mis en place surtout sur un fond rock pur jus, décibellissimo, avec postures et gestuelles en rapport (humour aux 3è ou 4è degrés ?). Incursions balkano-klezmer dans une bourrée et grande fréquence d'accents de reggae un peu "balluches" sur divers morceaux. Quelques moments de calme et de terroir, essentiellement (et bien) chantés, une cabrette bien auvergnate, pas de vielle à roue, mais divers accordéons.
Huit musiciens donc, parfois sur une base rock complète à trois guitares et batterie associée à quatre instruments acoustiques. Climat un peu chargé, par moments.

Des souvenirs de paso antérieur
Côté danses, un contrat "Auvergne/Occit anie" rempli, Quelques limites : des cadences parfois étranges, ainsi tels rondeaux lourds comme des polkas cassoulet de fanfare pour majorettes ainsi que l’une ou l’autre bourrée et mazurka sur-speedées. Par bonheur, mes partenaires assuraient l'essentiel avec vélocité et talent. Question : les programmations d'un paso doble (touche latino, métissée d’occitan ?) et de deux "Madison" très sixties', sont-elles des pistes d'innovation exaltantes pour développer les bals folks ? Je suis sceptique.

Le genre pop-rock-trad-a ccroche-grand public (cf. chez Galadriel, Groupe Sans Gain et ici tRaucatèrme) ne me convient que moyennement en bal folk. J'ai pu danser, mais n'ai pas été porté ni transporté par ce style, ces choix musicaux, cette démesure.

Un impératif présent
Gabal & Cie ont assuré un intermède acoustique bienvenu, efficace et plein de liant, sans tambour ni trompette, sans fioritures tapageuses.
Autour de minuit, un rhume naissant et la fatigue de fin de vacances s'imposant à moi, je n'ai pas pu rester pour apprécier la 2è partie du bal.

Merci à l'association Stockbrunna organisatrice pour cette initiative renouant à Lautenbach avec la formule du bal « hors festival de Pentecôte». Espérons que cette résurgence ne restera pas une exception isolée toutes ces prochaines années.
Citer
 
 
+1 #4 Stéphane 27-03-2012 22:52
Une 1ère pour moi, la découverte!
Et un essai transformé, grâce à Corinne [si elle passe par là… ;-)] qui a consacré une partie de la soirée à guider, gentiment et avec bonne humeur, le novice que je suis.
Encore un grand merci donc, pour cette très bonne soirée passée avec elle! ;-)
En espérant la recroiser. :P
Citer
 

Annoncer...

... votre manifestation dans l'agenda d'AccroFolk.

Veuillez remplir ce formulaire ici

 

Lettre d'information

Pour être informé mensuellement par mél de l'agenda des manifestations folk et trad d'Alsace et environs, complétez les champs ci-dessous.
Vous êtes ici : Accueil Késako Mouvement folk Qu'est ce qu'un bal folk aujourd'hui ?

Nombre de visiteurs

Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Depuis 2005
2845
4186
25846
27041
74258
69100
1445663

Prévision pour aujourd'hui
4800


Your IP:54.243.13.30

A votre disposition

Partager vos réactions

  • Qui c'était le preum's ?

    • Homonymix ++ Groupe de bal folk « FRESQUEL » à Carcassonne avec Camille Mondon (accordéon diato.), Michel Mondon (flûtes et boudègue), Guy Beaubois (violon et ...

      Lire la suite...