Autour des danses folks

les danses folk en bals

 

Posté sur une des pages blogs :

Le Bonheur, c'est un bal folk plein de vie où chacun danse avec son coeur, où les gens portent sur leurs visages des sourires rayonnants...
Le Bonheur, c'est parler avec ces gens, sans barrières et sans frontières, comme si l'on connaissait ces milles et un danseurs depuis une éternité...
Le Bonheur, c'est comprendre qu'on est tous les mêmes, et que cette danse lointaine nous rapproche à chaque pas...
Le Bonheur, c'est lever la tête en dansant et compter les étoiles qui éclairent de beauté cette piste de danse...
Le Bonheur, c'est s'accorder à l'autre et suivre ses mouvements dans une joie immense...
Le Bonheur, c'est entendre ces notes qui emportent nos rêves dans un royaume lointain qu'on ne peut que penser...
Le Bonheur, c'est sourire un matin et resourire le soir à cet même inconnu dont le visage rayonne et rayonnera toujours de cette lumière de joie qu'à engendrée la danse...
Le Bonheur, c'est se dire à demain lorsqu'enfin on se quitte dans un espoir certain de s'accorder encore...
C'est ce Bonheur que j'aime lorsque je danse

Delphine

 

 

De la communication à la complicité

Pour s’accorder dans la danse cavalier et cavalière sont à l’écoute l’un de l’autre. Cette communication passe par le contact, le regard, le sourire et le geste. De nombreux danseurs se sont exprimés sur le grand forum de monde trad et folk qu’est TradZone afin de donner leur vision de la communication et la complicité en danses traditionnelles de bal folk. Voici quelques-unes de leurs réponses.

Monsieur, voulez-vous danser avec moi ?

Depuis que j'anime Barnas, bals folk et autres fêtes de mariage, d'anniversaire, de célébrations diverses, j'ai toujours essayé, et souvent avec succès, de lutter contre une tendance générale déjà ancienne : dans les "groupes folkloriques", dans les bals, il y a presque toujours plus de filles que de garçons, de femmes que d'hommes. Le rapport est parfois de 1,5 à 1, mais souvent de 3, voire 9 à 1 !

Le bal folk, l'alibi de la baise ? par Epistémologix

Beaucoup de prophètes, naguère, ont estimé que les danses traditionnelles remontaient à la préhistoire et que certaines avaient été à l'origine des rituels d'initiation sexuelle. Non seulement j'incline à penser comme eux, mais j'irai plus loin : je pense que c'est évident, même si nous sommes gênés de le reconnaître. Dans le cadre de notre séminaire d'aujourd'hui, je me propose donc d'aborder avec vous en toute franchise un sujet tabou, que dans un souci de clarté indifférent à tout pédantisme, j'intitulerai : «le bal folk, c'est l'alibi de la baise».

Survivants

Après ce que l'on a appelé « revival » dans les années 70-80 durant lesquelles la musique traditionnelle du passé est revenue sur le devant de la scène avec Malicorne, Perlinpinpin, Angelo Branduardi, Marc Perrone, Blowzabella, etc. vient le temps du déclin et de l'oubli dont nous sommes témoins. Ces musiques réveillées par quelques jeunes et qui ont semblé nouvelles pour les oreilles qui ne les avaient jamais entendues tombent à nouveau dans l'oubli général. Ceux qui les ont portées et ceux qui les ont appréciées ont pris de l'âge et n'incarnent plus la mode ou la modernité.

Articles au hasard