Les mains, sensations,...Rond d'Argenton ou de Saint-Vincent, branles ou valse des roses, on se donne la main. Chapelloise, cercle circassien ou Lucky Seven, voilà qu'on se tend la main, c'est sympa, mais on ne se la donne guère, ça ne dure pas, on se la prête plutôt. Que de mains ! Qui sont-ils, ceux-là qui passent le temps de deux mesures ? Que me dit d'eux leur main, eux dont, dans le mouvement et la chorégraphie, je saisis à peine le visage ?

Main douce, main tendre, main sensuelle même ; petite main nerveuse ou grosse main chaleureuse ; gros doigts impérieux, main griffue parfois ! Main molle (j'ai envie de l'écraser, mais s'il était maso et prenne ça comme une invite ?) Main moite, pouah, ou moite et glacée, pouah pouah! Main hésitante (On fait quoi après ?), main en retard, zut alors ! Main en avance, prête à arracher la mienne, ou carrément manquée, eh, on danse, sais-tu ?

En voici une qui est...rêche. Rugueuse. Oui, ...rugueuse.

Qui est-il ? Que fait-il ? Jardinier ? Mécanicien ? Bûcheron ? Maréchal-ferrant ? Quel travail lui a fait cette main, chaude, ferme, précise, et rugueuse ?

Me voilà à espérer retrouver cette main, vivante et personnelle, à compter les couples pour voir si la danse va me la rendre. Quel travail a-t-il abandonné pour se laver les mains, mettre sa belle chemise et, ce soir, venir danser ?

Et je pense à cet autre temps, il ya...combien de temps, au fait ? Où toutes les mains étaient rêches, calleuses, rugueuses, sauf peut-être celle du fils du maire, ou du cousin de la ville, (et encore !). Où elles avaient toutes laissé l'outil, ce soir, pour le bal...

N'avons-nous pas tous les mains trop douces aujourd'hui ?


Cheveux Gris

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir