Musique folk, musique trad

musique folk trad

Musique Folk, musique Trad

Quelques CD des groupes présents sur AccroFolk;

Celtic Breeze
Frangipans
Sylvain Piron - Fleur de ciel
Sylvain Piron - Par coeur
Excalembour-Wild-Robert
Tradirrationnel - Eau & Gaz
La Poupee du Loup
Au Gre des Vents - Soll Lawa
Au Gre des Vents - Etoile du matin
Duo-Expire-tire-pousse-cafe
Cairn
Celtic-Breeze
Folk Your Elf
Luc Arbogast - 1 Domus
Sylvain Piron - La plume et l
Elixir - Par Chemins
Galadriel - Lothringen
ether
Transat
Au Gre des Vents - Le colporteur
Luc Arbogast - 2 Hortus Dei
Excalembour - Live
Sylvain Piron - Tranche de temps
Au Gre des Vents - Fraxinelles
Luc Arbogast - 3 Canticum in Terra
Doedelzak - Boite a musique
Galadriel - XV ans
Shoepolishers
Tradirrationnel - Il y a le feu au lac
Gand Mere et Soufflet
Au Gre des Vents - Fraxinelles
Excalembour Wild Robert
QuartQuart

 

Groupes de musique trad actuel

Découvrez des musiciens de musique trad en vidéos

video groupes folk

Ouvrons le bal : un point de vue musical, par Jacques Hund

La musique de bal "folk" aujourd’hui, c’est pour le musicien faire du neuf avec ou autour de l'ancien. C’est interpréter à sa guise, souvent hors de leur contexte historique, géographique et culturel d'origine, des mélodies, des chants et chansons notamment traditionnels français ou plus généralement de fonds culturel occidental, pour faire danser un public. Toutes sortes d'instrumentations et d'arrangements sont observables en bal folk, incluant fréquemment l'usage d’instruments et de moyens électriques ou électroniques.

Musiques traditionnelles : musiques actuelles ? par Jean-François Dutertre

Les musiques traditionnelles ont connu, à partir des années 70, un renouveau considérable qui les a propulsées sur le devant de la scène artistique. A côté d’une pratique amateur particulièrement vivace, elles ont développé un secteur professionnel rassemblant artistes et groupes, producteurs de spectacle et labels. Fondues aujourd’hui sous l’étiquette de "musique du monde" avec d’autres formes populaires, elles profitent de l’élan d’intérêt pour cet ensemble hétéroclite d’expressions musicales qui caractérise les années 90. Les voilà maintenant classées parmi les "musiques actuelles" au même titre que le jazz, le rock ou la chanson.

Le texte complet de Jean-François Dutertre(membre fondateur de Mélusine) développe en quatre pages ces différents points :

  • Une invention des temps modernes
  • Folk et régionalisme
  • La carte de l’institution
  • La vague des musiques du monde
  • Les déplorations inutiles

Il est à lire sur le site du Centre d’Information des Musiques Traditionnelles et du monde
Musiques traditionnelles : musiques actuelles ?

Caractéristiques de la musique trad, par Marc Lemonnier

Musique traditionnelleComposition, interprétation,... le point de vue d'un musicien professionnel.

Trad, folk, quelle différence ? , par Marc Lemonnier

Musique traditionnel, musique "folk", quelles différences ? Éternelle question, qui divise les musiciens depuis deux générations (auparavant, le "folk" n'existait pas).

La musique traditionnelle est sans doute la plus facile à définir. Ses caractéristiques pourraient être les suivantes :

  • Il s'agit d'une musique transmise oralement, de génération en génération, au moins jusqu'à une période récente (ou des musiciens plus académiques se sont attelés à la tâche de les transcrire)
  • On n'en connaît pas l'auteur
  • Elle s'inscrit dans un style bien particulier, caractéristique d'une zone géographique donnée, qu'il est facile de reconnaître à l'oreille pour un habitué

La musique traditionnelle a probablement été la seule musique populaire possible jusqu'à l'avènement des disques et de la radio : sur son terroir, si l'on n'avait pas les moyens de se payer le concert ou de prendre des cours de musique "savante", on ne pouvait qu'écouter de la musique traditionnelle dans les bals, mariages et autres enterrements. La musique traditionnelle est donc complètement liée à un mode de vie.

Encore très vivante au début du XX° siècle (je parle ici pour la France, dans d'autres régions du monde elle est encore prépondérante), la musique traditionnelle a fortement régressé ensuite, pour n'être plus pratiquée et transmise que par de rares individus isolés dans les années 50-60.

C'est à cette époque qu'une nouvelle vague de musiciens commença à s'intéresser aux musiques et danses traditionnelles pour sauver ce qui pouvait encore l'être de ce patrimoine menacé. Ces jeunes, souvent issus du milieu citadin, formés à la musique dans les conservatoires, entamèrent des démarches de collectage partout où c'était possible. Cette démarche accompagnait probablement la vague d'intérêt renaissant pour la campagne et le retour à la terre.

Cette démarche a probablement sauvé la musique traditionnelle française, qui est maintenant à nouveau beaucoup pratiquée dans toutes les régions, bien que parfois dans un esprit un peu différent : elle reste souvent jouée "comme avant", alors que très probablement autrefois elle évoluait sans cesse au gré des déformations volontaires ou involontaires dues à l'absence d'enregistrement ou de notation musicale.

Cette démarche, au-delà de la simple conservation du patrimoine, a également contribué à générer un nouveau courant, celui du "folk". Il s'agit en général de réexploiter des racines traditionnelles (des mélodies, des paroles de chansons, des danses) en les diversifiant, en les mélangeant avec des influences plus récentes, en utilisant des instruments complémentaires, des harmonies modernes, etc... On peut citer, comme premiers exemples particulièrement connus : Malicorne, Tri-Yann, etc... Il me semble constater que cette tendance gagne rapidement du terrain en ce début de XXIème siècle. Il est maintenant très courant d'entendre des groupes mélangeant des inspirations et instruments traditionnels avec des apports modernes (influences musicales, instruments électriques...). J'ai tendance à penser qu'il y a là un rapport avec l'émergence de la "world" : on prend à droite à gauche des éléments qu'on aime et qui nous touchent, et on en fait le meilleur mélange possible.

Tout ça est encore compliqué par l'existence d'autres utilisations du terme "folklorique" : de nombreuses associations proposent des "danses folkloriques", danses traditionnelles présentées en costumes d'autrefois, pour le simple plaisir des yeux. Il n'y a pas forcément de participation possible pour le spectateur, on est ici loin de l'ambiance "bal trad" ou "bal folk".

Différents mais proches

Loin de s'opposer, d'après moi Trad et folk s'interpénètrent et se nourrissent respectivement : les "folkeux" utilisent des racines traditionnelles qui les aident à s'éloigner un peu des grand courants musicaux mondialement connus (rock, reggae, disco, rap, pop...), les "trad" font également peu à peu évoluer leur musique à l'écoute des "folkeux", de telle sorte qu'on parle parfois de "musique traditionnelle de demain".

La danse me semble constituer un espace de rencontre essentiel entre ces deux courants. Bien qu'apparaissent aujourd'hui des groupes inspirés du trad ou du folk essentiellement dédiés au concert, l'immense majorité d'entre eux se donnent en effet pour objectif de faire danser qui veut lors de "bals folk" ou "bals trad". Danses souvent simples, conviviales, codées... La musique qui est jouée conditionne évidemment le public qui vient et la manière dont il danse : des spécialistes qui connaissent les 10 variantes de telle forme locale de bourrée, à ceux qui connaissent les pas les plus simples et ont une tendance à se déhancher ou à improviser de nouvelles figures pour suivre une ambiance musicale déviante...

Selon les lieux donc, se presse dans les bals un public familial, jeune ou d'initiés, mais vaille que vaille le bal tient le choc. En tant que représentant du courant "folk" plutôt que "trad", et bien qu'amateur de sons modernisés, je suis profondément touché par la dimension collective des danses traditionnelles : le fait que tout le monde danse la même chose au même moment, voire danse tous ensemble lors de danses de groupe, amène une émotion et une convivialité que je ne trouve pas dans les "concerts debout" de musique actuelle, même si ceux-ci sont souvent pleins d'une énergie revigorante. Je voue donc une reconnaissance profonde à la composante plus "trad", grâce à laquelle ce que je fais reste ancré. C'est précisément cet ancrage qui me donne la liberté de partir en toute sécurité en exploration vers d'autres horizons musicaux

Au sein des "Bals du mois", en Lozère, on a longuement, longuement causé de tout ça pour décider si ce qu'on programmait devait s'appeler du "folk", ou bal "trad". Jamais d'accord, toujours à argumenter dans un sens ou dans l'autre, on a fini par convenir d'une chose : quel que soit le style de ce qui se joue, on trouve notre bonheur si on peut danser dans un esprit collectif et convivial. La seule solution consistait à trouver un terme qui respecte la diversité des publics. Alors on a décidé que dorénavant, en Lozère, on programmerait des bals "folkotrad", à moins que ça ne soit "tradofolk", on n'a pas vraiment tranché.

Et on a arrêté de réfléchir pour aller danser, chacun à sa manière.

Texte de Mar Lemonier musicien proffessionnel dans les groupes : El Pueblo, Bas les pattes, Trio trad, Atelier FES, Courants d'air, et en solo.
Merci à lui pour sa permission de publier ce texte ici.